Accueil > Actualités > Les partis pirates européens sont en train de couler, mais ils ont déjà (...)

Les partis pirates européens sont en train de couler, mais ils ont déjà gagné

vendredi 30 mai 2014, par Nalaf

Suite au résultat des élections européennes, cet article originellement publié dans wired affirme que les Partis Pirates ont réussi à transformer la société vers plus de numérique et qu’ils n’ont plus de raison d’exister.

Les élections européennes de 2014 n’ont pas souri aux différents partis pirates, qui faisaient campagne pour les droits numériques, la liberté d’expression et la dépénalisation du partage non-marchand. Dans leur Suède natale, les pirates ont perdu leurs deux eurodéputés, passant de 7.1% des votes à seulement 2.2%. En Finlande, où l’haktiviste Peter Sund (porte-parole de The Pirate Bay) était tête de liste pirate, le parti n’a obtenu que 0.7% des suffrages exprimés. En Grande-Bretagne, les trois candidats pirates n’ont reçu au total que 8597 voix, soit à peine 0.5%. (NDT : En France, le Parti Pirate a reçu 40 000 voix soit environ 0.4% des suffrages)

En Grèce, aux Pays-Bas, Autriche, Slovénie, Espagne et Hongrie, le scénario est similaire - Les candidats du Parti Pirate ont échoué à décoller des starting-blocks. Le meilleur résultat du mouvement, respectivement 4.78 et 4.23% pour la République Tchèque et le Luxembourg, n’ont pas non plus réussir à traduire ce score par un eurodéputé. C’est seulement en Allemagne qu’un pirate a réussi à obtenir un siège parlementaire. Julia Reda a récolté 424 510 voix (1.4% de l’ensemble des suffrages) et devient l’unique représentante du Parti Pirate Européen au sein du parlement européen pour les cinq prochaines années.

En dépit de cela, le fondateur du mouvement et son meilleur héraut, Rick Falvinge, a clamé sur son blog que les résultats sont une "forte amélioration", alors qu’il est clair qu’il s’agit d’un fiasco pour les pirates européens. Leur score extraordinaire en Suède en 2009 correspondait avec le procès des fondateurs de The Pirate Bay, mais il est impossible d’affirmer que les révélations de Snowden en 2013 et l’intérêt récemment renouvelé en faveur de la neutralité du Net ne pousseraient pas les thèmes pirates traditionnels au premier plan des préoccupations des électeurs lors de ce scrutin.

Au lieu de quoi, quelque chose d’autre s’est produit. A travers l’Europe, les partis politiques d’arrière garde se sont accaparé en masse les politiques pirates. La Neutralité du Net a été gravée de manière permanente dans la loi. ACTA a été sévèrement défait. Les lois sur le droit d’auteur sont en train d’être réformées. De plus en plus de juges commencent à affirmer qu’interdire l’accès au net à quelqu’un n’est pas raisonnable. Les limitations nationales des télécommunications sont sur le point d’être détruites. Et même, suite aux révélations de Snowden, les personnalités politiques européennes s’empressent de condamner le niveau de surveillance dont leurs citoyens sont les victimes et les pays qui rendent cela possible.

Une fois l’agitation calmée, la seule revendication fondamentales des politiques pirates a ne pas avoir été traitée reste la dépénalisation du partage non-marchand. Elle est peu susceptible d’advenir pour l’instant, la croissance rapide des services de streaming légaux le rendant de moins en moins pertinent. D’autant que les arguments de l’industrie du divertissement - selon lesquels cela pourrait menacer leurs tentatives d’assurer une transition numérique - semble convaincre la plupart des personnalités politiques.

Le but ultime de n’importe quel parti mono-thématique (ce qui est beaucoup plus proche de la réalité - en dépit des dénégations des pirates) est de voir leurs mesures adoptées par le courant politique majoritaire. Il reste quelques détails à régler, mais le message des pirates sur les droits numériques, l’ouverture logicielle et la réforme du droit d’auteur se répand rapidement à travers le monde. Il est d’ores et déjà devenu difficile de prétendre qu’il ne s’agit pas de l’un des mouvements politiques européens de sa génération qui a le mieux réussi.

Les Partis Pirates ont peut-être connu une élection dévastatrice, mais en Europe tout du moins, la politique à la pirate perdurera.


Voir en ligne : l’article original


Crédit image : Dave Dugdale // CC BY-SA 2.0
Crédit Texte : Duncan Geere dans Wired, 26/05/2014
Traduction : Nalaf // CC BY NC SA 4.0


Partagez cet article :



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don