Accueil > Qui sommes nous ? > Faits d’armes > Elections 2014 > Municipales 2014 > Réponses de candidats aux questions pirates > Réponses aux questions pirates - Mulhouse, liste FREYBURGER

Réponses aux questions pirates - Mulhouse, liste FREYBURGER

lundi 17 mars 2014, par Nicolas Petitdemange

 Démocratie locale, démocratie liquide :

Si vous êtes élu (e), prévoyez-vous de consulter directement les citoyens sur vos choix essentiels ? Selon quelles modalités ?
Si nous sommes élus, le conseil municipal se prononcera sur de nouvelles modalités d’expression des habitants, comme le référendum d’initiative citoyenne ou la pétition. De plus, les Mulhousiens auront la possibilité d’inscrire un point à l’ordre du jour du conseil municipal, à condition de réunir au moins mille signatures.
Les technologies numériques permettent d’associer les citoyens de base au gouvernement des collectivités locales via un outil de démocratie directe appelé "démocratie liquide". C’est un outil qui favorise l’expression directe des citoyens au fil du temps sans se substituer aux modalités légales. En voici une courte description ici.
Pensez-vous qu’un tel outil améliorerait la communication des élus et des citoyens ?
Nous croyons que ce type d’outil de consultation en ligne peu, en effet, offrir un nouveau type d’interaction entre le citoyen et sa ville.
En dehors de l’aspect technique , seriez-vous favorable à l’utilisation de cet outil ou d’un outil analogue ?
Nous y sommes évidement favorable dans la limite ou le sujet n’implique nullement de bien connaître tout l’environnement et les conséquences que cela peut provoquer.
Car une des premières évolutions de fond liée à l’usage des nouvelles technologies et en particulier du web est la possibilité pour les citoyens d’une participation accrue à la vie de leur ville ou de leur quartier. Et donc Intéressant du point de vue des municipalités qui ont à leur disposition de nouveaux outils pour dynamiser l’implication de leurs citoyens dans la vie de la cité.
Avec le numérique, les habitants peuvent désormais donner en ligne leur avis sur les projets, ce qui permet à tous de s’exprimer sans contrainte d’horaires ou de déplacement. De quoi augmenter à la fois le nombre de participants et leur diversité.

 Transparence

La transparence de la gestion d’une collectivité est garante du respect de l’intérêt public.
C’est un sujet important pour les électeurs, comment vous y engagerez vous ?
Prioritairement nous souhaitons que le conseil municipal soit diffusé en direct sur Internet d’ici fin 2014. C’est d’ailleurs l’une de nos revendications depuis 6 ans au sein de l’opposition municipale.
Qui plus est le conseil municipal tiendra des réunions décentralisées dans quartiers pour que chacune et chacun ait la possibilité d’y assister.

Adhérez-vous à la charte d’Anticor ou à Transparency International France ?

En l’état nous ne souhaitons pas adhérer à cette charte même si nous partageons un certain nombre de fondamentaux sur la publication du patrimoine des élus, la lutte contre les conflits d’intérêts, le non cumul des mandats et la coproduction du projet urbain.

 Open Data

Dans le cadre d’une politique de transparence complète, êtes-vous favorable à la communication de l’ensemble des données relatives à la commune dans un portail ouvert au public (open data) : budget, subventions, délibérations, marchés publics etc.?

Quel outils prévoyez-vous à cet effet ?

Développer une infrastructure de partage des données locales coûte cher, sans compter le travail de préparation des données. Aussi, nous nous appuierons sur des solutions logicielles libres facilement utilisables ainsi que sur data.gouv.fr, la plateforme ouverte des données publiques françaises, dont l’une des mission est de proposer l’hébergement de ces données.
Logiciels libres
De plus en plus d’administrations font le choix de privilégier les logiciels libres, conformément aux orientations gouvernementales (circulaire du 19/09/2012).
Un tel choix garantit la liberté de gestion de la collectivité et permet d’économiser l’achat de licences.
Quel est votre position à ce sujet ?
L’action publique repose de plus en plus sur les systèmes d’information. Aussi notre municipalité devra-t-elle se doter en la matière d’une véritable stratégie technologique, articulée autour de grands principes : la maîtrise des systèmes d’information des services publics et donc le maintien de compétences internes fortes ; l’agilité plutôt que la logique des « grands projets » cloisonnés et coûteux ; La mutualisation des besoins techniques entre services ; l’interopérabilité à travers les logiciels libres et les standards ouverts.

Les logiciels libres participent de cette stratégie, car ils utilisent par nature des standards ouverts, et facilitent la mise en concurrence des fournisseurs de prestations externalisées, tout en permettant le maintien et le développement des compétences internes. La rationalisation des dépenses impose de veiller à ne pas payer à nouveau ce qui a déjà été développé.

 Les droits numériques

Les libertés numériques sont de plus en plus les libertés tout court...
A l’échelle municipale ou intercommunale, leur respect implique la limitation des fichiers individuels à ce qui est strictement nécessaire, conformément à la réglementation de la CNIL.
Par ailleurs la vidéosurveillance dont l’efficacité n’est pas prouvée, ne doit être mise en œuvre que selon les dispositions prévues par la CNIL.

Vous engagez-vous au strict respect du cadre réglementaire établi par la CNIL ?
Nous nous engageons effectivement à respecter de la manière la plus stricte le cadre réglementaire établi par la CNIL.


Partagez cet article :



Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don